Issy les Moulineaux 92130 : Bienvenue sur le site internet de la section du Parti Communiste Français / Front de Gauche

 

 



Pour nous écrire,
nous féliciter,
nous gronder,
nous proposer des idées,
nous aider
ou nous rejoindre .
.



.. .


Lysiane Alezard
Conseillère municipale
Ancienne conseillère régionale

Votre élue
Lysiane Alezard le blog
Interventions en conseil


En vente : 2 euros dans toutes les librairies ou auprès de militants


Loi travail: 5 Juillet manifestation à Paris 14h
.
..

________________________________________________

Que demande le Peuple ?
La grande consultation citoyenne

Vous voulez être entendus ?

Comme nous, vous en avez assez de voir la parole populaire méprisée, ignorée, trahie.

Le Parti communiste lance une grande consultation citoyenne dans le pays pour débloquer la situation. Pour avoir un grand débat public, faire émerger les exigences populaires, ouvrir des solutions face à la crise. Un grand débat pour donner votre avis sur la France, l’Europe, le monde.

Nous avons tous un bout de la solution
Vos exigences, exprimées et rassemblées doivent former un mandat populaire à rendre incontournable. Donc, à vous d’écrire la politique, à vous la parole !

Prenez la parole !

Le questionnaire, proposé à 500 000 personnes dans le pays est un point de départ. Vos réponses seront synthétisées au niveau national et rendues publiques.
Vous pouvez télécharger le questionnaire ci-contre pour le remplir ou le faire remplir avant de nous le retourner ( par la poste à l'adresse indiquée ou scané par mail à pcf@pcf.fr )

Vous pouvez aussi remplir le questionaire directement
par internet sur le site
www.lagrandeconsultationcitoyenne.fr

________________________________________________

Le PCF appelle à la mobilisation massive les 23 et 28 juin

Après avoir envisagé d'interdire la manifestation contre le projet de loi Travail « El Khomri », prévue ce jeudi 23 Juin à Paris , le gouvernement vient d'autoriser celle-ci sur un parcours négocié avec les organisations syndicales.
C'est une victoire de la mobilisation et de la détermination des démocrates à faire respecter les libertés publiques fondamentales. L'interdiction aurait été une décision scandaleuse, injustifiée.

Après le passage en force du gouvernement au parlement pour imposer sa loi par l'utilisation de l'article 49-3, cette décision supplémentaire aurait été d'une extrême gravité. Le fait de l'envisager marque la dérive autoritaire du pouvoir. Il ne peut y avoir de débat démocratique si le droit de manifester est entravé.

Le pouvoir est minoritaire dans le pays. Il est incapable de dégager une majorité politique et parlementaire pour valider son projet de loi. Il choisit la politique de terre brûlée. Il prend la responsabilité devant le pays de créer un climat de tension.
Nous ne nous laisserons pas détourner de notre objectif : le retrait de la loi travail et des droits nouveaux pour les travailleurs pour une sécurisation véritable de l'emploi.

Nous demandons au Président de la République de suspendre le débat parlementaire afin de permettre l'ouverture de vraies négociations avec les organisations syndicales qui sont disponibles pour faire des propositions concrètes, porteuses de progrès social et de nouveaux droits.
Comme l'a demandé l'intersyndicale, le Président François Hollande doit « pour sortir de cette impasse, réunir les organisations syndicales et de jeunesse très rapidement ».
Les Parlementaires communistes, Front de gauche, à l'Assemblée nationale comme au Sénat continueront à porter ces exigences.
Nous appelons les salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi et les retraité-es, les élu-es de la République à participer massivement aux manifestations des 23 et 28 juin et à la votation, organisée par les syndicats.

______________________________________________________

Loi Travail : non, merci !

 

ISSY LES MOULINEAUX : Ce jeudi 2 juin 2016, l'usine "isséanne" d'incinération des ordures ménagères est bloquée par les salariés en grève pour obtenir le retrait de la loi El Khomri

______________________________________________

 

________________________________________________

 

 

 

 

 


Avril : 42 730 visites
Mai: 48 184 visites
41 643 visites au 28 juin
01 46 45 218 80 pcf-issy@orange.fr
.
 


_________________________________________________

Un mariage d'argent !

Un article de "libération"

Par Sibylle Vincendon — 1 juin 2016 à 20:21

Séparées par la Seine, les deux villes des Hauts-de-Seine veulent s’associer par simple délibération municipale. Avec la dette boulonnaise en toile de fond.
En annonçant en avril que Boulogne-Billancourt et Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine, allaient s’unir en une commune unique, André Santini, maire Nouveau Centre d’Issy, et Pierre-Christophe Baguet, maire LR de Boulogne, ont créé la surprise. Ce rapprochement ne figurait en effet dans aucun des deux programmes municipaux.

Député LR de Boulogne mais pourtant opposant farouche du maire, Thierry Solère, ne décolère pas contre ce fait accompli. «Si l’on fait cela, il faut expliquer pourquoi», estime-t-il. Il rappelle que pas un des deux n’a fait campagne sur cette hypothèse. «Pierre-Christophe Baguet s’est fait élire sur le slogan : "Passionnément boulonnais !" rappelle-t-il. Ça ne donne pas vraiment mandat pour une fusion.» Pour l’opposant, «on ne peut pas faire cette fusion sans l’avis de la population». Légalement, si. Il suffit d’avoir deux délibérations concordantes des conseils municipaux des villes concernées. Et à en juger par le secret et la rapidité qui ont entouré la décision des deux élus, un référendum ne semble pas d’actualité.

Opulente

Géographiquement, l’union de ces deux communes séparées par la Seine est curieuse, la continuité territoriale étant plutôt la base de ce genre de démarche. Rive gauche, la florissante Issy-les-Moulineaux, avec un endettement proche de zéro et un trésor de guerre accumulé au fil de trente-six ans de développement immobilier à forte dose de bureaux. La ville est suffisamment opulente pour pouvoir financer sur fonds propres 20 millions d’euros d’équipements en 2015. Rive droite, Boulogne-Billancourt, ex-patrie de la régie Renault. Après avoir aménagé pendant quinze ans les anciens terrains du constructeur automobile, Boulogne est prospère. A cela près que la société d’économie mixte (SEM) d’aménagement de la commune présente un déficit financier de 250 millions d’euros. En cause : l’absence d’investisseurs sur les 11 hectares de l’île Seguin, depuis 2008.

«Hold-up»

Une fusion pour faire partager la dette ? Pas du tout, rétorque Baguet. «L’île Seguin, c’est mon affaire.» Et d’ailleurs, rectifie-t-il, «il n’y a pas de déficit de la SEM, il y a des comptes négatifs». Certes, la société ne vend rien et n’encaisse donc aucune recette, mais «on verra à l’arrivée». «Je n’ai aucun problème sur l’île Seguin, affirme le maire. Ça vaut quelque chose, l’île Seguin. J’ai des promoteurs qui font la queue leu leu.»

Ce qui a motivé sa démarche vers la fusion, explique-t-il, ce sont les prélèvements opérés par l’Etat au titre de la péréquation entre villes riches et pauvres. Une fois les communes mariées en une seule, Baguet compte se «redonner des marges de manœuvre». Par quel miracle ? A Issy-les-Moulineaux, Santini, qui n’a pas voulu répondre à nos questions, se plaint lui aussi de ces prélèvements, qu’il qualifie dans la presse de «hold-up».

Restent les enjeux de personnes. Qui sera maire ? «C’est moi, répond Pierre-Christophe Baguet. André Santini deviendra président du territoire.» Au second l’urbanisme qu’il aime tant. Et quoi de mieux que de voir sa commune disparaître quand on ne s’est jamais résolu à désigner un dauphin ?
Sibylle Vincendon

__________________________________________________

Communiqué du PCF
Issy les Moulineaux et Boulogne

FUSION DE BOULOGNE-BILLANCOURT
ET D’ISSY-LES-MOULINEAUX : DANGER !


ISSEENS ET BOULONNAIS DOIVENT
POUVOIR DONNER LEUR AVIS !

Le projet de réunir les huit villes de l’agglomération GPSO (Grand Paris Sud Ouest) ayant été abandonné, un nouveau mariage est envisagé entre les communes de Boulogne-Billancourt et d’Issy-les-Moulineaux. C'est par la presse que cette nouvelle a été connue. Les élus des deux villes n'en ont même pas été informés.
À la manœuvre les deux maires, Pierre-Christophe Baguet et André Santini, s’appuient sur la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) promulguée le 7 août 2015 qui encourage les regroupements de communes et des départements. Une loi qui en outre n'oblige plus à demander leur avis aux populations concernées. C'est l'une des raisons qui motivent notre opposition à ce texte. Mais cette loi stipule également :
« La commune est l’échelon de base de la République : celui de la démocratie locale. La commune demeure ainsi l’unique échelon de collectivité à disposer de la clause de compétence générale qui permette de répondre à tous les besoins du quotidien des citoyens ».

Il existe en France 37 000 communes. Cette originalité démocratique date de la Révolution française et la majorité de nos compatriotes y est attachée.
La réforme territoriale de 2015 répond à l’injonction de la Commission européenne de mettre en concurrence les populations des différents territoires européens.
Si nous sommes pour des rapprochements utiles aux citoyens, par exemple en matière de service public, si c'est pour en améliorer les conditions (restauration scolaire, médiation, équipements culturels...), le regroupement de nos deux villes qui ont une histoire différente n’a pas de sens sauf si l’objectif caché est d’éloigner un peu plus les citoyens des lieux de pouvoir donc des décisions les concernant dans leur vie quotidienne. La concurrence affichée avec La Défense n'est pas de bon augure. Nous ne voulons pas devenir un quartier d'affaires, sans âme !

POUR LES COMMUNISTES / FRONT DE GAUCHE DE BOULOGNE-BILLANCOURT ET D’ISSY-LES- MOULINEAUX LE PROJET DE FUSIONER LES DEUX COMMUNES DOIT ETRE ABANDONNÉ
Ce qu'il faudrait, c'est favoriser une plus grande participation des habitantes et des habitants à la vie de la commune et des autres échelons territoriaux !
Hormis le fait d’avoir les mains encore plus libres dans leur gestion, les deux édiles concernés espèrent réaliser des économies, disent-ils, pour compenser la baisse des dotations de l’Etat. En langage clair, ce seraient moins de fonctionnaires territoriaux et moins de services publics pour répondre aux besoins des habitants.
Trois années de suite de baisse des dotations de l'Etat aux collectivités, ça suffit ! Mais ça ne passe pas par des fusions forcées.

NOUS APPELONS LES CITOYENNES ET CITOYENS À RESTER VIGILANTS ET À EXIGER D'ETRE CONSULTES SUR L'AVENIR DE LEUR COMMUNE !

_________________________________________________

Le nouveau site internet des élus Front de gauche du conseil départemental du 92 est arrivé
----->
cliquez ici

_________________________________________________

Résultats du vote des adhérents pour le congrès
le 6 mai 2016

pour lire les textes qui etaient soumis au vote c'est par ici

_________________________________________________

Quand le FN, la droite et le PS votent ensemble les lois demandées par les grandes multinationales.

Cliquez ci dessous pour agrandir et découvrir qui a voté
la loi sur le secret des affaires

_________________________________________________





Adhérez en ligne  au Parti communiste français ! 
___________________________________________